Jacques ANOUMA, l’Homme qui veut servir le football africain à 100%

Article : Jacques ANOUMA, l’Homme qui veut servir le football africain à 100%
Crédit: IvoireHandicapTV
23 février 2021

Jacques ANOUMA, l’Homme qui veut servir le football africain à 100%

J’ai été à l’auditorium du Ministère des affaires étrangères de mon pays, la Côte d’Ivoire, ce vendredi 19 février 2021. Je devais y être pour la conférence de presse de présentation du programme de M. Jacques ANOUMA, candidat à la Présidence de la Confédération Africaine de Football (CAF).

Qui est l’homme dont le projet est baptisé « servir le football africain » ? Son projet qui traduit sa vision d’une CAF forte et conquérante est guidé, nous apprend-t-il, par trois grands principes. Ce sont : La modernité, la responsabilité et la transparence.  

Jacques Bernard Daniel ANOUMA, le candidat à la Présidence de la CAF qui veut servir le football africain à 100%

Il a travaillé dans le secteur des finances pendant de nombreuses années. C’est un Diplomate et un Ambassadeur de la République de Côte d’Ivoire. Sa passion pour le football, en témoigne son parcours dans les instances décisionnelles du microcosme footballistique, prend le dessus. Il nous le fait comprendre en affirmant qu’il va consacrer 100% de son temps au développement intégral du football.

« Les graves problématiques auxquelles la CAF est confrontée commandent que son prochain Président consacre toute son énergie, son temps et son intelligence à sa réhabilitation ». « (…) Je serai un président disponible », a-t-il assuré.  

Jacques ANOUMA fait son entrée à la Fédération Ivoirienne de Football (FIF) en 1991, mon année de naissance ! Il y a gravi tous les échelons.

M. ANOUMA a été président de la ligue nationale et président de la Jeunesse Club d’Abidjan (JCA). La JCA est le club le plus ancien du football ivoirien. Sa date de création est 1932.

Un acteur de poids dans le milieu du football

Le Président ANOUMA est élu à la tête de la FIF en 2002. Il crée quelques années plus tard l’Académie de Football Amadou Diallo (AFAD).

La mission principale du Président ANOUMA, à la tête de la FIF, était, d’abord, la restructuration de la fédération. Ensuite devait-il travailler au retour de la Côte d’Ivoire au meilleur niveau continental et mondial.

De 2003 à 2007, ANOUMA préside l’Union des Fédérations ouest-africaines (UFOA) dont il est à ce jour le Président d’honneur. Lorsqu’en 2006, les Eléphants de Côte d’Ivoire se qualifient pour la première fois pour la coupe du monde, Jacques ANOUMA entre de façon particulière dans les annales du foot. L’exploit de la qualification au mondial se répète 4 ans plus tard. M. ANOUMA est alors, naturellement, élevé à la distinction de Commandeur dans l’ordre national du mérite.

Depuis 2011, Jacques ANOUMA est Président d’honneur de la FIF. C’est encore sous sa présidence, il faut le rappeler, qu’un centre technique national est créé. L’envoyé spécial des Présidents de la FIFA et de la CAF pour l’Afrique depuis 2018 souhaite, avec son équipe, apporter les changements qui s’imposent pour une CAF forte et conquérante.  

Un programme pour un progrès clair

Jacques ANOUMA évoque une vision qui consiste à impulser un ensemble de réformes nécessaires à la restauration de la CAF. Pour ce faire, il évoque les principes qui guideront son action.

  • La modernité

Le candidat à la présidence de la CAF entend être un leader et un manager en adéquation avec son temps. L’on peut en déduire qu’il va s’aider de tous les moyens et méthodes actuels pour faire rayonner le football africain.

  • La responsabilité

Respecter sa parole et ses engagements, voilà la promesse que fait Jacques ANOUMA. Ne dit-on pas qu’un Homme, c’est celui qui respecte sa parole et accomplit ses devoirs ?

  • La transparence

L’on sait combien le problème de la transparence affecte le développement de nos institutions et de notre continent, par ricochet. Il n’est donc que salutaire que M. ANOUMA prenne l’engagement solennel de favoriser une bonne gouvernance ! « Les informations seront partagées, accessibles, en conformité avec les statuts, règlements et dispositions en vigueur », rassure-t-il.

Jacques ANOUMA veut servir les intérêts du football africain en se mettant au service de sa passion, de ses pairs, et des différents acteurs. Son programme pour atteindre son objectif s’articule autour de 4 axes.

Gouvernance et gestion de la CAF

C’est le premier axe du programme de Jacques ANOUMA. Il veut répondre aux problèmes de gouvernance, de mauvaise gestion à l’origine de la dégradation de l’image de la CAF. Plusieurs actions seront à mener dans ce sens dont l’introduction de la transparence, de l’éthique et de l’équité dans la gouvernance de la CAF. A ce niveau, il va s’agir de mener des entreprises dont la création d’un cadre de concertation des parties prenantes chargé de garantir une gestion participative intégrée. Ce cadre rassemblera, nous informe-t-on, les divers acteurs clés du milieu du foot : joueurs, clubs, ligues, gouvernements et partenaires.

Une autre action a aussi attiré mon attention, pour l’introduction de la transparence dans la gestion de la CAF : le projet de la doter d’un code d’éthique et d’un règlement de gouvernance pour permettre aux organes indépendants de lutter efficacement contre la corruption et les maux qui minent l’institution. Il est clair que le bon fonctionnement d’une organisation passe par l’établissement de règles que l’on a le devoir de respecter.

Renforcement des capacités financières, managériales des associations nationales et unions zonales

Cela est un secret de polichinelle que le développement du football africain est lourdement ralenti à cause des limites financières. L’on dira peut-être que beaucoup d’argent circule dans le milieu, sans atteindre et servir les acteurs qui y ont droit et qui en ont le plus besoin pour l’essor du foot et l’épanouissement de ceux qui sont en première ligne sur le terrain.

Pour résoudre la question du manque de moyens financiers, d’infrastructures, d’équipements… qui tire le football africain qui repose sur le travail des associations nationales et des unions zonales vers le bas, Jacques ANOUMA entend travailler à l’accroissement des ressources financières des associations nationales.

L’action 3 de l’axe 2 : « amélioration des relations avec les associations nationales à travers les unions zonales » me touche particulièrement à cause de sa portée sociale. L’on ne le dira jamais assez, les bonnes relations et collaborations favorisent le rayonnement de toute entreprise.

Le deuxième point de la troisième action du deuxième axe du programme de Jacques ANOUMA me séduit tout autant. « Renforcer l’inclusion en assurant une meilleure représentation des femmes et des minorités linguistiques au sein des organes de la CAF ». Ai-je encore besoin de dire pourquoi ? 😉

Promotion, commercialisation et ressources nouvelles

Le troisième axe. Les actions à mettre en œuvre dans celui-ci sont relatives, entre autres, d’abord, à la résolution des litiges commerciaux pendants par une solution concertée. Ensuite peut-on noter la reforme du marketing et de la communication, l’accroissement de l’attractivité des compétitions et enfin, l’augmentation des droits des médias avec une stratégie de développement des droits digitaux.

« Place au jeu », le quatrième axe du programme d’ANOUMA

Quelles solutions pour sortir définitivement la CAF de la situation difficile qu’elle traverse ? Des éléments pour solutionner les choses sont communiqués dans « place au jeu ». L’amélioration de l’organisation de la CAN et de la CHAN par l’instauration des éliminatoires sous la forme d’une coupe de chaque union zonale, l’autorisation des pays qualifiés pour le tournoi final d’intégrer dans leurs effectifs trois joueurs évoluant dans d’autres championnats sur le continent.    

La réintroduction d’une distinction aux CAF AWARDS fait en outre partie des actions à mener pour sortir la CAF de son état actuel, peu reluisant. D’autres toutes aussi intéressantes, figurant dans le programme de M. ANOUMA dont les suivantes, méritent notre attention :

  • Le développement du football pour les jeunes par la création d’une compétition U15 au niveau des unions zonales en recherchant des sponsors dédiés et en reformant les formules des éliminatoires des CAN U20 et U17 en instaurant un mix entre tournois zonaux et élimination directe ;
  • le développement du football féminin ;
  • la sensibilisation des associations nationales sur la nécessité de mettre en place une structure de veille et d’alerte pour lutter contre le terrorisme dans les stades et en dehors ;
  • l’harmonisation des curricula de formation des entraîneurs avec toutes les confédérations afin de garantir la libre circulation des techniciens.
Un défi à relever, ensemble !

C’est ensemble que Jacques ANOUMA voudrait que l’on relève le défi pour reconstruire le lien avec nous-même, mais également avec le reste du monde et les partenaires. Il nous invite à « mouiller le maillot ». Mouiller le maillot pour rebâtir la confiance perdue. ANOUMA promet se donner corps et âme à la tâche avec son temps, son énergie, son expérience…

L’élection du Président de la CAF aura lieu le 12 mars 2021. L’institution n’a jamais été dirigée par un candidat de l’Afrique de l’Ouest. Jacques ANOUMA se dit ouvert à une candidature unique pour cette zone de l’Afrique, il a d’ailleurs initié les discussions. C’est une affaire nationale, zonale, continentale, à fortes implications au niveau mondial.

Lire mon précédant billet ici

Partagez

Commentaires