30 août 2020

J’ai fait un tour à la NASA

J’ai fait un tour à la NASA le samedi 22 août 2020 grâce à une conférence Emerg’Lead. Dr Ousmane Nasr Diallo, ingénieur et chercheur à la prestigieuse organisation en a été l’invité.

La NASA et la station spatiale internationale ont été au cœur de l’entretien qui m’a édifiée. La communication d’Emerg’Lead sur la conférence qu’elle organisait m’a stimulée, excitée. « Les pieds sur terre, la tête dans l’espace », son thème m’a tout de suite attirée. Étant du monde de l’écriture et amoureuse de réflexion comme l’écrivain Jocelyn Danga, j’imaginais… J’imaginais le voyage qui m’attendait. J’avoue que j’ai par ailleurs eu un sentiment de déception quand j’ai fait la lecture entière de l’affiche.

Capture d’écran – Compte Facebook ONG Emerg’Lead

Un entretien avec un chercheur dans le domaine de l’aérospatial. J’ai fait une conclusion quant au contexte de la rencontre virtuelle. Pour moi pour qui les mathématiques et les sciences de natures similaires sont une bête noire – je vous raconterai probablement pourquoi un de ces jours – c’était la désillusion. Calculs, physique, espace, National Aeronautics and Space Administration… J’ai encore pensé que la conférence serait très technique, que je serai perdue. Mais, après réflexion, je me suis dit que l’ONG n’ayant pas évoqué de condition particulière pour participer à la conférence, elle devrait être adaptée à tous.

Une conférence de grand intérêt

Plus de onze nationalités africaines présentes à la conférence, deux groupes WhatsApp créés… quelles autres preuves de l’intérêt suscité par le programme Emerg’Lead ? Grâce à lui et à la capacité d’adaptation du message au public profane, nous avons pu profiter de l’opportunité. J’ai découvert des choses que je n’imaginais pas et qui devraient je le crois, être un acquis. Un minimum de culture générale est en effet impératif pour être compétitif et « faire de l’Afrique un endroit où il fait bon vivre« . Et, pour arriver à la vision de l’ONG, quoi de plus logique que l’éducation, la formation ?

Ce que j’ai appris

J’ai appris tellement de choses… Saviez-vous que l’on parle très souvent d’espace sans savoir de quoi il s’agit en réalité ? L’espace a une définition technique. C’est en effet à partir de 100 km au-dessus de notre tête sinon de la terre que l’on parle d’espace. C’est à cette distance que s’arrête l’atmosphère. L’atmosphère s’arrête où commence l’espace et la ligne de Kármán, bien qu’imaginaire, sert de frontière. Au-delà de l’atmosphère, nous ne pourrions pas respirer sans machine parce que l’espace ne contient pas d’oxygène. Les avions ne volent donc pas dans l’espace comme on aurait pu le penser. Ils volent jusqu’à 6 ou 20 km d’altitude. La couche d’ozone est, elle, présente à partir d’environ 20 km d’altitude. C’est la ceinture qui protège les hommes, les animaux, les plantes… enfin ça, je le savais! 😉

Futura-Sciences

J’ai encore appris qu’observer la terre depuis la station spatiale internationale a permis de découvrir beaucoup de choses.

La station spatiale internationale

Aviez-vous une idée de ce qu’est la station spatiale internationale ? C’est la deuxième chose la plus brillante après la lune ! On peut même la voir passer quand on renseigne son adresse ici.

Explications du fonctionnement de la Station spatiale internationale – Compte YouTube Le Monde

Elle se situe entre 408 et 410 km au-dessus de nos têtes, nous a appris Dr Diallo. L’International Space Administration est donc dans l’espace. Et, dans l’espace, il n’y a plus de pesanteur. Imaginez… La station tourne depuis bientôt 22 ans autour de la terre à une vitesse d’environ 7 km par seconde. Des astronautes y vivent de façon continue depuis maintenant 20 ans selon un programme de rotation. Ils vivent sur une période d’environ 6 mois sur la station avant de revenir sur terre. Les astronautes, terme employé par les américains ou les cosmonautes pour les russes, voient 16 fois le coucher du jour et le lever du soleil quand ils sont sur la station. La station qui fait le tour de la terre toutes les 90 minutes. Elle est considérée à ce jour comme l’élément le plus complexe réalisé par l’Homme.

Qu’en est-il de la NASA ?

La NASA quant à elle est une organisation dont l’excellente ressource humaine travaille à trouver les solutions aux problèmes du futur. Elle vient en aide aux chercheurs, aux astronautes sur l’International Space Station. Dr Diallo y travaille depuis 10 ans. Grâce à son partage d’expérience, j’ai pu imaginer les couloirs de la NASA. J’ai encore vu ses salles d’expériences, les robots qui s’y trouvent… 2100 alors que je suis en 2020 ! L’endroit où on imagine comment des navettes feront des embouteillages des éléments préhistoriques. L’endroit où la jumelle d’un robot qui se trouve dans l’espace habite…

Image : Dr Diallo – Dans le fond : jumelle du robot actuellement sur Mars

Dr Ousmane Nasr Diallo, une inspiration pour l’Afrique

Que d’admiration pour l’homme ! Un monsieur qui est né et a grandi à Abidjan. Un jeune ivoirien, un jeune africain qui a gravi les échelons pour atteindre le sommet.

M. Diallo a en effet fait l’école publique en Côte d’Ivoire. Son BAC, il l’a obtenu au Lycée Technique d’Abidjan. Après un tour à l’Université, M. Diallo a atterri à New York. Il a obtenu ses deux bachelors aux États Unis d’Amérique où il vit depuis plus de 20 ans. Dans le système francophone, le bachelor équivaut au niveau master. M. Diallo a fait ses deux masters au même moment. Il a une maîtrise en génie mécanique et une autre en mathématiques appliquées.

Dr Ousmane a expliqué lors de la conférence que faire deux masters en même temps n’a pas été facile. Il a par ailleurs fait savoir que beaucoup de choses se complétaient. Une preuve que la bonne orientation et le travail payent. M. Diallo a été accepté à Georgia Institute of Technologie. C’est après la présentation de sa thèse sur l’intelligence artificielle dans la prestigieuse université de renommée mondiale que la NASA a commencé à lui faire la cour.

Plusieurs auditeurs ont voulu savoir le processus pour intégrer la NASA. Dr Ousmane a alors répondu que ne va pas à la NASA qui veut mais qui NASA veut ». Il a insisté sur la nécessité de pratiquer la culture de l’excellence, seul moyen pour figurer parmi les meilleurs.

Le défi relevé par l’ONG Emerg’Lead

La première conférence en français de Dr Diallo ! Sa première conférence avec un public exclusivement africain ! Une conférence via l’application WhatsApp ! Un premier groupe, puis un annexe du fait du nombre important de personnes voulant participer ! Des interventions de leaders, de références en Côte d’Ivoire : M. Stéphane Tchriffo, présentateur de Made In Africa, Mme Monie Tchriffo, fondatrice d’Emerg’Lead.

Nous avons assisté à une organisation qui a permis une conférence qui nous a fait nous sentir si proches, malgré la distance. Pour le processus et l’organisation, je vous conseille de vous rapprocher des compétences Emerg’Lead 🙂 En tout cas moi, j’ai voyagé, j’ai été épatée. Sans jamais avoir mis les pieds à la NASA ou dans la station aérospatiale, j’ai pu les visiter spirituellement.

J’ai encore compris les défis actuels, les enjeux de la conquête de l’espace. J’ai réalisé combien de fois il est urgent d’oublier les « querelles de quartiers » pour aller à la conquête du monde. A la conquête de l’espace, du futur. Dr Diallo l’a dit, l’Afrique a le plus besoin de l’espace. De l’endroit où on peut observer la terre pour prévenir la déforestation et d’autres catastrophes. Pour prévenir la chute catastrophique de l’économie de pays comme la Côte d’Ivoire.

PS : Le fichier audio de la conférence sera bientôt disponible pour tous.

Partagez

Commentaires