Des nouvelles de mon expérience de mère célibataire !

Article : Des nouvelles de mon expérience  de mère célibataire !
23 août 2020

Des nouvelles de mon expérience de mère célibataire !

Depuis plus de deux ans, je suis mère célibataire. Maman d’un enfant dont j’assume le rôle de parent sans la contribution de son père. En 2019, j’écrivais un article de blog pour évoquer le contexte qui a favorisé que je me retrouve seule. Le fourre-tout intelligent étant un canal d’expression pour les femmes vivant des situations similaires à la mienne, j’ouvre le bal en donnant des nouvelles de mon expérience !

Pour commencer, si vous n’avez pas lu mon article de blog écrit en 2019, je vous invite à le faire. Il évoque le contexte de ma situation de mère célibataire.

Mon expérience de mère célibataire… Je suis toujours célibataire, maman qui s’occupe de son enfant sans apport du géniteur. Bonne nouvelle peut-être non? Comme je peux toujours donner la chance à quelqu’un de m’avoir pour épouse… Rires. La vie de mère célibataire n’est cependant pas toujours facile. De nombreuses mamans pourront l’attester. Outre la stigmatisation de la société, il y a toute la responsabilité à assumer.

Une société stigmatisante

On pense surtout que c’est ta faute, si tu te retrouves seule. C’est ta faute si tu vis une expérience de mère célibataire ! Tout dépend de la femme ! Tout est dans ses mains, dira-t-on ici.

Comment sera ton futur, femme seule avec enfant(s) ? Il est difficile pour un homme de se mettre en couple avec une femme qui a déjà un ou des enfants. On s’inquiète pour toi. Les prétendants jouent sur un certain besoin de trouver quelqu’un pour combler le vide et profitent de façon malsaine des mères seules. On s’interroge vraiment sur les moyens pour toi de vivre épanouie. Il faut revoir tes critères de sélection. Il ne faut pas être trop compliquée. Le temps passe ! Pour des femmes belles, intelligentes, sans enfant, c’est déjà difficile. Les hommes sont ce qu’ils sont… Menteurs, infidèles, parfois violents. La société bienveillante s’inquiète pour toi !

Une grande responsabilité

Il y a d’abord la responsabilité vis-à-vis de sa progéniture. Ensuite, je pourrais évoquer celle en lien avec ses engagements socioprofessionnels et enfin, celle vis-à-vis de nous-mêmes. Alors, comment répondre efficacement aux besoins émotionnels, aux questions financières, à la nécessité d’un épanouissement personnel ?

La situation des mères célibataires est complexe

Quand je communique sur les situations des mamans, les critiques affluent. Certains hommes ne manquent pas de faire une sorte de morale qui transpire méchanceté, machisme et mauvaise foi. Pendant qu’on pense au sort des enfants, on nous demande pourquoi est-ce qu’on n’a pas bien calculé le cycle menstruel ! On demande encore pourquoi on n’a pas utilisé de préservatif, une pilule du lendemain, fait un avortement ! Toute la responsabilité incombe donc à la femme qui aurait dû s’arranger à ne pas être grosse. Soit, est-ce une raison pour lui abandonner l’être dont on a participé à la conception ?

Je peux certaines fois lire qu’il n’y a pas non plus que des mères célibataires. Je suis bien consciente que certaines femmes laissent au père toute la responsabilité. Certains hommes assument seuls mais contextualisons bien. Comme je le disais dans l’une de mes communications, aucune femme ne peut, elle, refuser la maternité d’un enfant. Je veux dire, aucune femme ne peut dire qu’elle n’est pas la mère d’un enfant. Les femmes ne peuvent pas se défiler, quand il y a grossesse. La nature les met d’office face à une responsabilité qu’elles ne peuvent nier, balayer du revers de la main. Et puis, qu’est-ce qui empêche les hommes de parler de leur situation ?

Les cas de refus de paternité ou de mamans assumant les choses sans les pères sont légions dans nos pays. Légions en Côte d’Ivoire, bien que je ne puisse sortir des chiffres qui témoignent de l’ampleur de la situation. Les femmes qui se retrouvent seules avec leurs grossesses, avec leurs enfants… Dans mon entourage le plus proche, je pourrais en citer même une dizaine. Selon les informations que j’ai reçues, dans les zones rurales, c’est encore plus désolant. Et, les causes de ces situations malheureuses sont nombreuses.

Le géniteur qui se défile parce que celle qu’il a grossi n’était pour lui qu’un objet de plaisir

Mes mots peuvent être vilains mais ils traduisent la réalité sur le terrain. Des mots tels que « est-ce que j’étais le seul? » ; « Vas chercher le père de ton enfant ailleurs… » sont des refrains. Dans ce cas de figure, on avance que la femme enceinte voyait bien d’autres hommes. On se pose alors la question de savoir pourquoi est-ce qu’on devrait être celui qui assume la paternité. J’avais posé une question pour discuter du sujet sur mon Facebook. Je retiens qu’ici, l’homme fait preuve de méchanceté et de mauvaise foi. Pourquoi entretenir des relations sexuelles qui peuvent occasionner une fécondation avec une femme dont on ne pourrait pas reconnaître l’enfant ? Si le fait qu’elle voit d’autres hommes peut poser un problème, pourquoi pratiquer du sexe avec elle ? Je pense que dans ce genre de cas, un homme de bonne foi accepterait la paternité de l’enfant avant d’aviser.

Celui qui fuit ses responsabilités par peur de les assumer au niveau familial et économique

Ah ! Les peureux et les fuyards qui pourtant ne craignent pas d’étreindre des femmes et de répandre leur liquide séminal ! Ces lâches là… Je ne sais pas quoi en dire. Ce sont les pauvres enfants qui payent toujours. J’ai lu un témoignage en message privé qui m’a tellement attristée…

Les hommes qui disent : c’est avec moi sinon c’est toute seule !

Je pense que je me retrouve dans la catégorie des femmes qui subissent pour ne pas avoir voulu continuer… Selon certaines conditions. Et si ce n’était que pour nous, je crois qu’il n’y aurait pas de problème. Le truc c’est que les pauvres enfants se retrouvent au milieu de tout ça ! Diront-ils plus tard :

« Maman, tu as bien fait » ou « Maman, tu aurais dû te sacrifier pour moi ? » Moi je pense surtout que la relation père-enfant ne devrait pas être conditionnée par la relation père-mère. Je le dis car malgré tout, un père a des devoirs envers sa progéniture.

Ma situation actuelle

Et bien, rien n’a particulièrement changé depuis. Je vis avec mon enfant, je paye ses couches et son lait 😅 J’essaie de me concentrer sur mes projets. Je cherche à travailler pour avoir les ressources pour assurer d’abord, le minimum. Bientôt je pense, on avisera pour cette affaire de justice… En tout cas, ce n’est pas facile tous les jours mais comme dit une maxime, rien n’est facile. Entre temps, j’essaie de voir aussi comment m’organiser pour apporter quelque chose de positif dans la vie des femmes en général et dans celles des femmes en difficulté, avec enfants à charge, particulièrement.

L’initiative Mamans Seules Côte d’Ivoire

Dessin, Félicité N’gijol

Mamans Seules Côte d’Ivoire (MSCI), est un groupe Facebook que j’ai créé un matin. L’initiative a pour but de regrouper des femmes, des personnes soucieuses des situations difficiles, précaires des femmes. Se retrouver, s’organiser, poser des actions pour l’amélioration de la condition des femmes est l’objectif. Bien que la configuration de notre société ne facilite pas la tâche et que ça tâtonne toujours, je garde espoir. Je garde espoir parce que j’ai la conviction que j’ai aussi pour mission d’apporter quelque chose de positif autour de moi. Bien que la timidité, les questions, le fait d’être réservé priment en ce moment, je garde espoir de trouver des femmes engagées pour m’accompagner réellement. Le paradoxe de la protection d’une certaine vie privée en Afrique et de la liberté pour certains de détruire la vie des autres sans être inquiétés, sans que la honte ne soit de leur côté me sidère.

On m’a reproché de vouloir révolter les femmes. Alors donc, une femme sinon son enfant qui est privé de ses droits, ça ce n’est pas un problème ! Nombreuses sont d’ailleurs les femmes qui ne sont même pas dans une logique d’engager des procédures au niveau de la justice ivoirienne parce qu’elles vont trouver un mur ou encore un labirynthe. Et cela est bien toujours à l’avantage des hommes qui peuvent agir comme bon leur semble sans se soucier de quoi que ce soit.

Perspectives

J’ai été approchée par des personnes qui ont un poids dans notre société et travaillent avec des ONG internationales. J’ai foi en mon projet. Il ne faut plus qu’une mère célibataire se sente abandonnée à son sort. Les femmes ont besoin de parler, de se libérer. Elles ont besoin de s’organiser, de trouver l’épanouissement pour elles et leurs enfants, présence masculine ou non. Nous ferons ce qui est en notre pouvoir pour contribuer à changer les choses. Nous avons besoin de tous et de chacun pour cela ! La société de demain, ce sont les enfants d’aujourd’hui et elle sera conditionnée par les hommes que nous ferons.

Partagez

Commentaires